Médias: Les cheminots voient ROUGE !

19 février 2019

IMPORTANT: Informations sur MLCVR

Changement de nom

Le vendredi 22 février 2019, MLCVR, pour Médias: Les cheminots voient ROUGE deviendra ARSLR, pour un Autre Regard Sur Le Rail.

Cela impliquera:

-Un changement de logo
Il s'agira du logo correspondant à la proposition numéro 12, élu par les lecteurs de MLCVR.

-Une signalétique en bannière Facebook et Twitter.
Elle sera destinée à indiquer que ARSLR est anciennement MLCVR. Cette signalétique sera mise en place pour plusieurs semaines de façon à ce que les abonnés n'ayant pas suivi le sujet ne soient pas perdus.

-Un changement d'adresse mail
L'adresse actuelle étant equipe.mlcvr@gmail.com, elle ne correspondra plus au nom de nos supports. L'onglet contact par mail sera mis à jour. L'adresse mail sur nos supports sera changée. Les dossiers de mails suivis ainsi que nos Google Docs seront transférés sur notre nouveau compte GMAIL. L'actuelle boite mail sera néanmoins encore consultée pendant plusieurs semaines.

-L'ouverture d'un nouveau blog.
Le blog sera un canal de communication régulier. Actuellement le blog porte le nom de MLCVR et il nous est impossible de le changer. L'adresse du nouveau blog vous sera communiquée le vendredi 22 février. L'actuel blog sera toujours ouvert mais ne sera plus alimenté.

-Une mise à jour des informations diverses.
Le terme MLCVR sera remplacé par ARSLR.

-La team MLCVR deviendra La team ARSLR 

Compte Twitter

Au cours des derniers mois, nous avons fait le constat que le compte Twitter nous mange énormément de temps et est difficile à gérer et à suivre. Ce compte est géré par l'ensemble des membres de La team MLCVR à raison de trois personnes maximum à la fois. 
Afin d'éviter d'être confrontés à des situations ingérables, nous avons décidé de protéger nos tweets mais la conséquence est une baisse très nette des interactions. Nous ne trouvons plus aucun interêt à maintenir une activité régulière sur Twitter et souhaitons nous concentrer sur Facebook et sur le blog.Nous discutons de son maintien ou non et éventuellement des conditions de son maintien si cette option est retenue.

Posté par MLCVR à 15:23 - Commentaires [0] - Permalien [#]


16 février 2019

Logo ARSLR: à vos votes !


Voici 14 nuances de logo pour Un autre regard sur le rail (ARSLR) La base du logo est la même, les caractères et, surtout, le fond de chaque proposition sont variables. Les couleurs sont adaptées au fond respectif de chaque modèle. Nous vous proposons de voter pour le modèle qui vous plait le plus.

Comment faire ?
EDIT: VOTES FINIS DEPUIS LE 17/02/2019 20H00 - La proposition 12 a été élue !

Remarques:
-Seul un vote par nom d'utilisateur Facebook ou Twitter sera retenu
-Seuls les votes sous les publications originales Facebook ou Twitter seront retenus
-De facto, les votes sur les partages de publications (Facebook) ne seront pas pris en compte puisque nous n'avons pas accès aux commentaires

Fin des votes: DIMANCHE 17 / 02 / 2019 à 20H00

PROPOSITION 01

PROPOSITION 02

PROPOSITION 03

PROPOSITION 04

PROPOSITION 05

 

PROPOSITION 06

PROPOSITION 07

PROPOSITION 08

PROPOSITION 09

PROPOSITION 10

PROPOSITION 11

PROPOSITION 12

PROPOSITION 13

PROPOSITION 14



Posté par MLCVR à 20:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 février 2019

Changement de nom: liste des propositions retenues

Nous vous l'avions annoncé dans cet article du 1 février, le changement de nom de MLCVR revient, depuis de nombreux mois, dans nos discussions. Aujourd'hui, il nous parait nécessaire pour mieux correspondre à nos réactions. Néanmoins, nous aurons toujours les réactions aux médias pour principal objectif.

Vous avez été nombreux à nous faire part de vos idées de nom, et de slogan, pour remplacer MLCVR et nous vous en remercions. Nous avons fait un tri et remodelé certaines propositions afin de définir nos favoris. Nous allons à présent voter entre ces associations d'idées. Le vote est effectué par La team MLCVR; soit les 15 membres (excepté Cassandra étant donné son état de santé). Il sera terminé dés lors que chacun aura voté.

PROPOSITIONS RETENUES 
Se composent du nom + le slogan

1: Un autre regard sur le rail (UARSLR)
Chroniques de cheminots

2; Les nouvelles de la rotonde (LNDLR)
Regards de cheminots

3: Expression Carmillon: voix de cheminots (ECVDC)
Un autre regard sur le rail

4: Tous dans le même train (TDLMT)
Quelque soit le chemin, on prend tous le même train
(En référence à la chanson "Le même train" de Eiffel)



Posté par MLCVR à 17:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 février 2019

DEMISSIONS CHEZ LES SALARIES DU GPF SNCF

Ci joint les statistiques (à titre indicatif) des démissions chez les cheminots pour la période du 21 au 31 janvier 2019.
Téléchargeable au format PDF: POINT_DEMISSIONS_05_DU_21_AU_31_JANVIER_2019

Posté par MLCVR à 16:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 février 2019

Ces suicides à répétition que la SNCF ne veut pas voir

Après avoir mûrement réfléchi, nous avons décidé de publier intégralement l'enquête de Médiapart intitulée "Ces suicides à répétition que la SNCF ne veut pas voir" Datant du 10 janvier 2019, l'article intégral est copié / collé dans le PDF ci joint. Il est précédé d'un avertissement aux personnes sensibles. Si nous avons décidé de publier l'article, c'est pour évoquer ce qui se passe en ce moment dans l'entreprise et les réactions liées aux suicides chez les cheminots. Accès à l'article: CES_SUICIES_QUE_LA_SNCF

Posté par MLCVR à 17:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]


INFORMATIONS SUR MLCVR - LE 02 02 2019 - VERSION NOUVELLE DU 02 02 2019

Veuillez trouver ci joint les informations sur MLCVR totalement remises à jour le 02 02 2019 au format PDF. Les fichiers sont téléchargeables ou consultables en ligne. Les informations sur MLCVR seront amenées à être mises à jour. Les mises à jour vous seront signalées sur notre page Facebook et notre compte Twitter.
Vous pouvez obtenir les informations sur MLCVR au format JPEG sur simple demande par mail à equipe.mlcvr@gmail.com
Veuillez cliquer sur chacun des liens pour accéder à chaque fichier.

AVANT TOUTE CHOSE:
01___AVANT_TOUTE_CHOSE___LE_02_02_2019___VERSION_NOUVELLE_DU__02_02_2019

CONDITIONS D'ACTIONS DE MLCVR:
02___CONDITIONS_D_ACTIONS_DE_MLCVR___LE_02_02_2019___VERSION_NOUVELLE_DU__02_02_2019

CHARTE DES INTERVENANTS SUR NOS SUPPORTS:
03___CHARTE_DES_INTERVENANTS_SUR_NOS_SUPPORTS___LE_02_02_2019___VERSION_NOUVELLE_DU__02_02_2019

VALEURS ET VOCATIONS DE MLCVR
04___VALEURS_ET_VOCATIONS_DE_MLCVR___LE_02_02_2019___VERSION_NOUVELLE_DU__02_02_2019

FOIRE AUX QUESTIONS
05___FOIRE_AUX_QUESTIONS___LE_02_02_2019___VERSION_NOUVELLE_DU__02_02_2019

Posté par MLCVR à 04:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 février 2019

Changement de nom pour un nouveau cap ?

Et si on changeait de nom ? L'idée nous taraude depuis un moment. Médias: Les cheminots voient ROUGE était initialement une page Facebook créé en mars 2016 par Romain en réponse aux attaques médiatiques répétées contre les cheminots. Romain a trouvé le nom Médias: Les cheminots voient ROUGE spontanément, sans réfléchir. 

Avec le temps, MLCVR s'est rapproché des cheminots et de certaines associations d'usagers. Nous sommes à votre écoute, comprenons vos difficultés, nous vous conseillons dans la limite de nos connaissances et sans oublier de vous diriger vers les bons interlocuteurs. Bienveillance et solidarité font et feront toujours partie de nos valeurs. Nous osons dire ce que les médias cachent. Nous montrons que les cheminots ne sont pas des nantis. Nous montrons notre soutien à des collègues empêtrés dans des affaires injustes. Nous avons évolué sans pour autant perdre de vue les réponses aux attaques formulées par les médias et par l'opinion publique.

Aujourd'hui, nous avons l'impression que le nom MLCVR ne correspond plus réellement à nos réactions. Et pris conscience que les internautes pensent que nous parlons au nom de tous les cheminots. C'est faux, et nous avons toujours été clairs à ce sujet: nous ne sommes pas officiels. Nos informations diverses et mentions légales l'ont toujours mentionné. Il n'en reste pas moins que Médias: Les cheminots voient ROUGE nous fait passer pour des portes paroles, et cette impression a tendance à nous coller à la peau. Des cheminots loin d'être dans notre état d'esprit solidaire et loin d'être vent debout contre le mal qui est fait aux cheminots nous reprochent aussi de parler en leur nom, sans chercher à comprendre que c'est faux.

Avant toute chose, sachez que le changement de nom n'impliquera pas un changement de l'adresse de notre page Facebook et de notre compte Twitter. Seul le blog sera dé localisé et, par la force des choses, l'adresse mail sera amenée à changer.

Le changement de nom ne changera pas nos "missions". 75% de nos réactions se tourneront vers les actualités, les tracts syndicaux ainsi que vers les réactions des internautes et des politiques attaquant les cheminots. Nous défendrons toujours les cheminots en général et remettrons les choses dans le bon ordre en rappelant que nous sommes en ce moment dans une période de massacre du transport ferroviaire Français. 25% de nos missions, en dehors de notre écoute, du soutien et des conseils donnés en "off" viseront à parler des cheminots en général. Cela passera par exemple par le partage de chroniques de vie de cheminots, dans la continuité de rétablir la vérité sur les cheminots. Les informations pratiques aux cheminots prendront aussi une petite part de nos réactions, et cela dans la continuité de notre souhait d'être solidaires, d'aider les cheminots.

Alors nous avons cette idée de changer de nom sans changer d'identité visuelle. Nous voulons que le logo ait la même apparence, nous sommes attachés à lui. Bien sur, il ne fera plus figurer MLCVR mais nous souhaitons que les caractères restent les mêmes, avec quelques ré aménagements nécessaires. Il s'agira aussi de ne pas perdre nos followers, qui seront informés sur nos supports de notre changement "d'identité".

L'exercice est difficile car nous ne changeons pas de nom tous les quatre matins et il ne faut pas se tromper. Nous avons décidé de nous tourner vers vous, de vous donner la parole sur le sujet, de vous demander votre avis. Nous sommes preneurs de vos propositions et de vos avis constructifs et pas à charge. Quelques critères sont à respecter.

-Le nouveau nom doit, si possible, contenir un mot ou une expression en lien avec le chemin de fer. Par exemple: chemin de fer, rail, ballast, caténaire, aiguillage... quai, gare, train...
-Nous préférons éviter qu'il contienne littéralement "les cheminot.s" ou "des cheminots" pour lever toute ambiguïté et ne pas laisser croire au premier venu que nous parlons au nom de tous. Il peut néanmoins comprendre le mot "cheminot" (ou "un cheminot")
-Le nouveau nom ne doit pas contenir "médias" même si, encore une fois, nous utiliserons encore principalement les médias pour support de réaction.
-Le nouveau nom doit faire au minimum 3 mots, au maximum 6 mots, 8 mots en cas de coup de coeur.
-Le nouveau nom peut être accompagné d'un "slogan" tel que "le chemin de fer de la vérité" actuellement. 
-Le nouveau nom ne doit pas être déjà pris. Exemple: La Vie Du Rail.
-Le nouveau nom ne doit pas contenir "SNCF", "TER", "TGV" etc...

Vos idées peuvent être proposées:
-En commentaire sous cette publication via Facebook ou Twitter
-Par mail equipe.mlcvr@gmail.com 
-En DM (sur Twitter)

Nous vous remercions d'avance pour votre participation ! Le changement de nom se fera sous quelques semaines maximum. Les idées nous ravissant le plus ou revenant le plus fréquemment seront sélectionnées et nous en débattrons entre nous. A vos idées ! 

Posté par MLCVR à 20:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 décembre 2018

La PFA dans tous ses états

Comme chaque année, et peut être pour l'avant dernière fois, la PFA sera versée sur les comptes bancaires des cheminots dans une quinzaine de jours. La PFA, pour Prime de Fin d'Année, n'est pas un treizième mois à proprement parler. Elle est calculée sur la base des revenus bruts mensuels cumulés sur l'année.

1: GÉNÉRALITÉS.

A: La PFA pour qui ?

La PFA est versée aux cheminots bénéficiaires du statut ayant exercé au cours de l'année. Un salarié embauché au cours de l'année avec le bénéfice du statut se verra attribuer une somme au titre de la PFA. Les salariés bénéficiaires du statut qui ont quitté les effectifs, quelle que soit la raison, en cours d'année toucheront également une somme correspondante à leur PFA.

B: Quand ? 

La fiche de paie de la PFA sera distribuée selon le canal habituel (Digispote ou courrier postal) entre le 11 et le 13 décembre. Le versement interviendra à partir du 15 décembre. Selon votre banque, vous recevrez la PFA sur le compte au plus tard le 19 / 20 décembre. La Banque Postale est réputée pour être la banque qui verse la PFA le plus en retard.

2: BASE

Il existe un moyen très simple de savoir à quel montant la base de votre PFA s'élévera: le simulateur de paie, hélas disponible en version Intranet seulement. Pour y accèder, connectez vous à Intranet, avec votre CP + mot de passe sessions (boite mail @sncf.fr , windows...) Cliquez sur "Accès directs" en haut à droite et, dans la liste qui s'ouvrira, cliquez sur "Simulateur de paie"

Si vous n'avez pas accès au simulateur de paie mais que vous tenez vraiment à avoir une idée de votre PFA et pour en connaître sa base, vous pouvez, afin de vous repérer, calculer, soit en détails - si vous en avez le temps - soit à la louche votre base. On vous expliquera après comment sont calculées les retenues selon le type d'absence, en ne prenant que les cas généraux.

Si vous avez changé de qualif en cours d'année, prenez vos fiches de paie. Calculez le total des traitements de base, de vos indemnités de résidence et de votre prime métier, puis divisez les par 12. Vous aurez alors une idée de la base du montant brut de votre PFA. Nous prendrons ici l'exemple d'une base de 1500€ bruts.

Si vous n'avez pas changé de qualif en cours d'année, prenez votre dernière fiche de paie et regardez le montant de votre traitement de base, additionnez le à la prime afférente à votre métier et à l'indeminté de résidence.

3: CALCULS

Entrons dans le vif du sujet. Beaucoup s'interrogent sur les répercussions des jours de grève sur le calcul de la PFA. D'autres pensent que la durée totalisée des arrêts maladie durant l'année a une incidence radicale sur le calcul de la PFA. En réalité, les jours de grève tout comme les jours d'arrêt maladie ont une incidence limitée sur le calcul de la PFA.

Les répercussions des absences sur le calcul de la PFA sont classes selon le type d'absences. Il existe 6 types d'absences.
-Absences de types A à E.
-Absences particulières.
Nous n'allons pas faire le détail des répercussions pour chacune des absences, mais nous resterons à votre disposition pour répondre à vos cas particuliers. Nous allons parler ici des répercussions sur le calcul de la PFA pour certaines absences sans même les classer par types tel que reprises dans le GRH 0131.

ATTENTION: Le but de l'article n'est pas de faire un calcul au centime près de votre PFA, c'est impossible, mais de faire un calcul grosso modo.

A: Arrêt de travail

Nous parlons ici des arrêts de travail, et non pas des accidents du travail. Il existe plusieurs retenues sur les arrêts de travail.
-Le jour de carence
-La demie solde
-La retenue d'un quart de solde (annulée depuis le jour de carence)

A-1-1: Jour de carence

Le jour de carence, c'est un jour de retenue sur le traitement de base et un jour de moins sur la prime afférente à votre métier. Il convient donc d'appliquer la formule suivante:

Montant de votre PFA de base en brut X 10 / 3650.
Exemple: 1500 X 10 / 3650 = 4,10€

Soit, dans notre exemple, 4,10€ bruts de retenue par jour de carence

A-1-2: La demie solde

Petite piqûre de rappel. En cas d'arrêt maladie, le statut garantie le maintien de la solde pleine, sur le traitement de base, dans la limite des conditions suivantes:
-Jusqu'au 184 éme jour consécutif 
-A partir du 185 éme consécutif en cas de validation de l'assurance longue maladie (visite à la CPR + accord du DET ou assimilé)
-Jusqu'au 184 jour d'arrêt maladie cumulé sur les douze mois précédent la prescritpion.

Comme son nom l'indique, c'est un jour de 50% de retenue sur le traitement de base. Quoi qu'il arrive, c'est un jour de moins sur la prime afférente à votre métier. Il convient donc d'appliquer la formule suivante:

Montant de votre PFA de base en brut X 5 / 3650.
Exemple: 1500 X 5 / 3650 = 2,05€

Soit, dans notre exemple, 2,05€ bruts de retenue par jour

A-1-3: Le quart de solde

Tout le monde aura compris ce qu'est le quart de solde. Il était appliqué auparavant sur les arrêts de travail inférieurs à 8 jours consécutifs avec sorties sans restrictions.

Montant de votre PFA de base en brut X 2,5 / 3650.
Exemple: 1500 X 2,5 / 3650 = 1,02€

Soit, dans notre exemple, 1,02€ bruts de retenue par jour

A-2: Cas des absences non rémunérées

Citons ici pèle mêle (liste non exhaustive):
-Jours de cessation concertée du travail
-Jours de congés sans solde
-Jours de mise à pied ferme
-Jours d'absences irrégulières supérieures à 8 jours ininterrompus

Pour l'ensemble de ces jours, le calcul est le même:

Montant de votre PFA de base en brut X 10 / 3650.
Exemple: 1500 X 10 / 3650 = 4,10€

Soit, dans notre exemple, 4,10€ bruts de retenue par jour

B: EXEMPLE

Marie est horairiste. Elle a calculé la base de sa PFA et arrive au montant de 1904 € bruts.
Au cours de l'année, Marie a eu:
-3 jours de carence
-8 jours de cessation concertée du travail
-14 jours d'arrêt maladie à demie solde

Le calcul pour les 3 jours de carence est le même que celui pour les 8 jours de cessation concertée du travail. Il convient donc d'abord de calculer les retenues comptant pour 10/3650 eme, soit 11 jours.

1904 X 110* / 3650 = 57,38 € (* = 10 x 11)

Elle perd donc 57,38 € vis à vis des absences comptant pour 10/3650 eme.

1904 X 70* / 3650 = 36,51 € (* = 5 X 14)

Elle perd aussi 36,51 € vis à vis des absences comptant pour 5/3650 eme.

Soit un total de 93,89 € de perte sur la base de sa PFA.

La PFA de Marie est donc estimée à 1904 - 93,89 € = 1810BRUTS.

Posté par MLCVR à 19:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 novembre 2018

Notre nouvelle SNCF: excès d'utopies dans le monde de Oui Oui

Vous nous avez fait part, autant par mail qu'en DM sur Twitter, de votre amertume, et le mot est faible, au sujet de ce nouvel outil de propagande assez déplacé qu'est "Notre nouvelle SNCF" Les avis dont vous nous avez fait part vont à peu près tous dans le même sens. Pour nous, la direction joue la carte du sarcasme. Thomas et Cassandra.

"Nous ne devons plus seulement être bons. Nous devrons être les meilleurs" 

Le site présente d'abord une page accessible à n'importe qui par ce lien. Cette page contient une vidéo de 2 minutes 41 dans laquelle des images d'animations se succèdent sur le fond musical de la SNCF. Une voix off explique les enjeux de la SNCF pour les années à venir. Elle cite: "Nous ne devons plus seulement être bons, nous devrons être les meilleurs" Une phrase utopique quand on sait que la direction, aidée par le gouvernement, s'emploie à démembrer l'entreprise depuis une vingtaine d'années afin de la revendre par morceaux à des capitaux privés peu regardants sur la qualité de service. Seul le fric comptera. Les usagers en font déjà les frais avec des séries d'incidents à répétition et une dégradation constante de l'offre de transport. Et ça n'ira pas en s'arrangeant. La SNCF prépare déjà l'arrivée de la concurrence et la privatisation, proche finalité, en s'adaptant aux réalités. Être les meilleurs oui. Mais seulement en bénéfices. Telle est la loi du marché.

Des avis triés sur le volet

La voix off détaille le déroulement de l'opération "Notre nouvelle SNCF". Elle s'articule autour de cinq engagements sur lesquels nous reviendrons plus bas dans l'article. Les salariés du GPF SNCF, qui ne restera pas GPF longtemps, sont invités à s'exprimer, à donner leurs idées pour construire la SNCF de demain. Notre fameuse nouvelle SNCF. La direction affiche une volonté de faire croire aux salariés qu'ils sont maîtres de leur destin. Mais nous ne sommes pas dupes.

Nous doutons fortement que les idées les plus pertinentes seront retenues. La vidéo explique que les COMEX eux mêmes étudieront les idées avancées par les salariés. Ce qui veut dire que la stratégie est de toute façon déjà jouée d'avance. Les idées de réunification des activités, de ré humanisation, d'embauches suffisantes au statut - garantissant du personnel formé et motivé - et de management humain seront éloignées. Seuls quelques avis triés sur le volet et allant dans le sens de la stratégie de démantèlement seront peut être retenus, pour faire "genre"


Quel avenir pour les cheminots ?

La réforme de 2014 ne devait rien changer. Tout potache sait que cette réforme a changé énormément de choses. Et pas dans le bon sens. Les réformes libérales n'ayant en aucun cas la vocation de changer les choses en bien. Ni pour les salariés, ni pour les usagers qui, répétons le, font les frais de 20 ans de politique désastreuse.

La réforme de 2016, loi travail, ne nous concernait pas. Dixit la direction, le gouvernement et les médias. On a la aussi la preuve du contraire. L'exemple d'actualité, c'est l'instauration des CSE, une véritable casse sociale du monde l'entreprise. La direction s'en donnera à coeur joie pour faire passer ses projets cataclysmiques pour les salariés et les usagers.

La réforme de 2018, soutenue par la direction, est le coup de grâce. Une véritable bombe atomique achevant le travail de saccage du transport ferroviaire en France. Elle ne garantit aucun avenir pour les salariés du GPF. Qu'il s'agisse de SNCF, SNCF mobilités ou SNCF réseau et de n'importe quel métier. Les bruits de couloir donnent les salariés de "l'activité TER" (on aime pas ce terme) comme étant les seuls concernés par la réforme. C'est faux, et on insiste bien là dessus pour qu'il n'y ait aucune mauvaise surprise dans les années à venir: TOUT LE MONDE est concerné. TER, TGV, Fret, SNCF réseau, SUGE, Optim'services... Personne n'est à l'abri d'un transfert à la concurrence ou d'une filialisation. Si ce n'est pas pire à terme.

Le PDG lui même a annoncé la suppression de 21000 postes dans l'entreprise d'ici à 2025. En sus des transferts à la concurrence. Ces suppressions de postes se traduiront par des non remplacements de départs en retraite, d'hypothétiques plans de départ volontaire et par une politique destinée à brader un maximum d'effectifs. Une politique dont elle risque de perdre le contrôle, le nombre de démissions étant en hausse. L'avenir des cheminots est donc incertain. Demander l'avis des salariés sur un avenir incertain est on ne peut plus sarcastique.

Et pour les usagers ?

Comme nous l'avons dit un peu plus haut, ils paient déjà les pots cassés des dernières réformes, avec une accélération de la casse de la qualité et de l'offre ferroviaire. Tout a commencé avec le transfert des compétences TER aux régions et la création, en 1997, de RFF. S'en sont suivis la séparation des activités, fatale pour la continuité du service, et la réforme de 2014. Qu'ils utilisent la SNCF ou un autre opérateur; par appels d'offres sur TER ou en open accès sur GL / TGV, ils paieront plus cher pour un service moins fiable. 

Les engagements

1: Accroître la satisfaction et l'engagement des collaborateurs

Les méthodes stratégiques et managériales rondement menées par la direction depuis vingt ans vont dans le sens contraire de cet engagement.La dernière réforme attaque frontalement les repères socios professionnels des salariés de la SNCF, déracinés de leur environnement et transformés en objets de rentabilité ou en simples pions. La nette hausse de démissions et l'épidémie de mal être au travail mettent cet engagement à mal. L'humain n'est plus au coeur des préoccupations de la direction, et cela depuis bien longtemps.

Malgré tout, cet engagement traduit l'une des plus grandes peurs de la direction: une perte de contrôle sur la purge qu'elle compte mener en vue de réduire les effectifs. C'est à dire, que les salariés partent vers des entreprises concurrentes. Et nombreux sont les cheminots, avec qui nous échangeons, qui se disent prêts à aller voire ailleurs. Même les plus motivés.

2: Être les meilleurs sur les fondamentaux

Les fondamentaux sont détaillés dans la partie réservée aux salariés (connexion ici) Tout comme pour le premier engagement, la direction fait tout le contraire pour la bonne tenue de cet engagement. Hormis la sécurité, et on touche du bois pour que ça dure malgré le transfert de la maintenance du réseau à des sous traitants. Les deux autres fondamentaux ne pourront jamais être tenus avec 21000 suppressions de postes. Et surtout pas en massacrant la filière commerciale, que le digital ne suffira jamais à remplacer. 

3: Développer l'usage du ferroviaire

Quelle blague ! Après Geodis pour le Fret, la direction s'emploie à transférer les voyageurs vers sa filiale déficitaire Ouibus. Donc un transfert du rail vers la route. Ajoutons à ça les fermetures de lignes suite à l'abandon volontaire de leur entretien. Et on a là encore un engagement totalement utopique.

4: Augmenter la satisfaction des clients

Même constat que pour l'engagement numéro 2. Les suppressions d'effectifs déjà actées et à venir vont dans le sens contraire de cet engagement. Le programme NRC est totalement mis à mal par la casse de l'emploi à tous les niveaux. Le manque d'entretien sur la matériel roulant, résultant de la suppression de postes dans les ateliers de maintenance, engendre régulièrement des suppressions de rames ou de circulations. Nous avons récemment eu l'exemple d'un Nice / Paris prévu en UM de TGV parti en US avec des voyageurs sans placement durant tout le trajet. Est-ce acceptable ? Non. Quid des TGV qui partent avec un seul ASCT, au mieux par rame, au pire pour deux rames ? Quid des voyageurs qui se retrouvent sans personnel qualifié pour les aider, les orienter, les renseigner en gare ? Les voyageurs utilisant les autres compagnies, comme actuellement Thello, se heurteront aux mêmes irritants. La satisfaction clients dans de telles conditions est également une utopie.

5: Etre économiquement rigoureux et performants

C'est le seul engagement viable. Au détriment des autres. Le fric, c'est tout ce qui compte. La SNCF fonctionnait mieux lorsqu'elle était encore une entreprise publique à part entière, sans enjeux financiers.

Conclusions

Vous l'aurez compris, pour nous, ces engagements sont utopiques. A l'exeption du cinquième. La démarche consistant à demander l'avis à des salariés oppressés par une politique stratégique nocive est sarcastique. Pour ne pas dire qu'elle est déplacée. Elle revient à demander à des victimes de choisir les armes avec lesquelles elles seront exécutées. Les décisions sont déjà prises. La nature des avis est naturellement déjà choisie. Les incertitudes règnent sur l'avenir des salariés du GPF. La direction assure le service après vente de la réforme, qu'elle a soutenue, en essayant de faire croire qu'elle s'intéresse à ses salariés. Elle fait croire que l'avenir est prometteur alors que la majorité des salariés n'est pas dupe.

Pour nous, il n'y a pas trente six solutions. Il faut revenir en arrière, chose que les réseaux étrangers privatisés ont tendance à faire. C'est le seul moyen de tenir les engagements promis par la direction. Il est urgent de réunifier les activités et les moyens de production, de ré embaucher du personnel qualifié et de remettre l'humain au coeur de l'entreprise.

LA NOUVELLE SNCF

 

Illustration de Yanis

Posté par MLCVR à 18:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 septembre 2018

Chronique de Jérémy, opérateur de circulation ferroviaire en réserve

Vue plus de 75000 fois sur notre page Facebook et partagée 1422 fois, cette chronique a été écrite et postée par Jérémy le 11 septembre 2016. Il l'a rédigée et postée en un seul jet. Elle a connu un véritable succès et a mis beaucoup de monde d'accord à l'époque. Nous la rééditions sous forme d'article sur le blog.

" J'ai fait le choix, celui d'être opérateur de circulation ferroviaire à la SNCF, de travailler en 3x8 et d'être amené à manquer des instants précieux. Mais malgré la fierté et le plaisir que j'ai de faire ce métier, j'ai quand même mal d'être au travail en ratant certains événements.

Il est 7h17 et nous sommes dimanche. Je ne rentre pas d'une soirée qui s'est finie tardivement. Mais je rentre du travail. Je vois, sur les murs facebook de mes amis, les photos de la soirée d'anniversaire des 25 ans d'un ami que je connais depuis les chaises de l'école maternelle. J'aurais du aller à cette soirée dans la salle des fêtes de mon village Aquitain. Mais je n'y étais pas.

Le nanti de cheminot que je suis, payé à rien faire et bon à être insulté partout même par des politiques, était au travail au lieu de fêter cet anniversaire. Vendredi en partant à 8 heures, j'ai eu un fax. Une commande comme on dit chez nous. Une commande qui a annulé mes horaires de journée d'hier pour me mettre une nuit, celle qui vient de s'écouler, pour remplacer un collègue. Réglementairement, j'étais le seul agent disponible à pouvoir faire ce remplacement de nuit.

J'ai permis à des dizaines de trains de circuler. Parce que le trafic ferroviaire ne dort jamais. Parce que la nuit, même le week end, il y'a des trains de marchandises, ceux qui transportent l'essence dont vous aurez besoin dans deux ou trois jours par exemple. Des trains de voyageurs, réguliers ou spéciaux. Les derniers TER tard le soir, les premiers tôt le matin qui permettent d'aller en soirée et d'en revenir sereinement. Les circulations à vide, c'est à dire les rames qui circulent vers une autre gare, vers un dépôt pour être à la bonne place à l'heure où il faudra transporter des passagers. Des trains de travaux aussi, ceux qui assurent la maintenance des installations pour que les trains circulent en sécurité.

Sans moi, sans mes collègues, sans nous, sans cette activité nocturne dans les postes de circulation, dans les dépôts, dans les gares, dans les centres de maintenance, des dizaines, des centaines de trains ne pourraient circuler ce dimanche. Autant de trains que tous les utilisateurs sont contents de trouver car ils ont une bonne raison d'avoir besoin de prendre le train un dimanche, ou n'importe quand. Ce service est une chance car il n'est plus rentable. Et il est assuré par et grâce à ceux qui sont insultés à la moindre occasion, qui se battent pour garder leurs conditions de travail en 3x8 tous les jours de l'année. Pensez y.

Oui, il y'a des ratés, des "indisponibilités d'un matériel", "attente d'une rame ou de la locomotive", "absence inopinée d'un agent", "régulation du trafic".....

Mais chacun fait pour le mieux, avec les moyens donnés et en jonglant avec les aléas. Un retard ou une suppression peuvent engendrer beaucoup d'agitation, jusqu'à la dernière seconde, pour trouver une solution coûte que coûte.

Un engin moteur un peu têtu qui fait des siennes pour se mettre en route, c'est un agent qui s'affole derrière le cerclo pour faire démarrer sa foutue machine.

Une alerte qui nécessite de ralentir la circulation des trains, occupant les cantons de circulation plus longtemps, ce sont des agents de circulation et des régulateurs qui veillent plus que tout sur votre sécurité. Parce qu'on n'envoie pas un train à pleine vitesse dans un canton occupé, sinon "canton" deviendrait "carton" Une lettre et ça change tout.

Un agent malade - ou pire -, un agent non utilisable à l'heure prévue pour X raisons, un agent non commandé, c'est un gestionnaire de moyens qui durant toute la nuit va scruter l'état de son effectif pour essayer de trouver la solution qui sauvera un, deux, trois trains qui transporteront peut être juste 5 ou 10 passagers chacun. Un peu comme ma commande qui a permis d'assurer le service la nuit dernière.

Il y'a un peu plus de trois ans, quand ma fille Madison est née, j'étais à 100 kms de la maternité en train de gérer la circulation des trains en heure de pointe à la sortie d'une gare importante. Et une fois la pointe finie, quand j'ai pu regarder mon téléphone portable, j'ai vu un appel en absence et un message vocal, datant d'une heure auparavant. Mon beau père m'annonçait la naissance de ma fille. Je ne pouvais pas partir immédiatement, laisser le poste de circulation en plan, sinon j'aurais déclenché le ralentissement et l'annulation de plusieurs trains. J'ai du attendre que mon responsable d'astreinte vienne me remplacer, si gentiment, pour que je puisse partir un peu plus tôt.

La majorité des circulations seront assurées sans encombre ce dimanche, comme tous les dimanches, comme toutes les fêtes, comme tous les jours. 365 ou 366 jours par an, jour et nuit, le rail est une fourmilière. Nous sommes des hommes et des femmes de tous âges, de toutes origines, des êtres humains qui font le maximum pour vous en toutes circonstances. Pour longtemps encore ? Pas si sur. C'est pas rentable. Regardez les trains de voyageurs de nuit ! Plus personne n'en veut, même les privés, même les Russes n'en veulent pas. Je ne donne pas cher des trains qui transportent 50 personnes en moyenne. Vous voulez des économies et la privatisation ? Alors commencez à ne plus espérer trouver de train quand vous en aurez besoin. 

Je vais me coucher, m'isoler pour pouvoir dormir pendant que ma fille et ma bien aimée passeront la journée seules jusqu'à mon réveil vers 14h.

_Jérémy / opérateur de circulation ferroviaire en réserve et chroniqueur MLCVR "

Posté par MLCVR à 12:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]