Quoi ? On est tombés sur la tête ! On souhaite la privatisation. Attendez, on fait même pire: on souhaite la concurrence. Oui, vivement la privatisation et vivement la concurrence ! La solution miracle à tous les problèmes du réseau ferré. Grâce à la privatisation et à la concurrence, fini les trains en pannes, les orages, la neige et les dramatiques accidents de personne. Les trains privés, disons le, qui circulent déjà en France, sont protégés par le monde merveilleux des Bisounours. Allez, redevenons sérieux et parlons de ces expressions utilisées à tort et à travers depuis quelques années par une partie des Français, qu'on appellera maintenant les VLP VLC (abréviations de Vivement La Privatisation et Vivement La Concurrence) L'article s'y consacre entièrement et les met à l'honneur. Après avoir replanté le contexte, nous citerons des exemples parfois croustillants, que vous nous avez livré. Nous ferons ensuite une petite analyse du profil des personnes qui utilisent VLC VLP et expliquerons pourquoi ce terme est utilisé.

Samedi, nous avons partagé, avec son accord, le mail qu'un ASCT de Paris Austerlitz nous a envoyé. Un passager en panne de papier toilettes a souhaité la privatisation. Suite à quoi, nous vous avons demandé de nous raconter vos expériences avec des VLP VLC. Nous avons reçu certaines anecdotes qui ne nous étonnent pas malgré leur absurdité. D'autres sont plus croustillantes que les autres. Vous allez peut être vous surprendre à sourire ou à rire. On ne peut faire un classement ou un top 5, ni même un top 10. Alors voila, dans un désordre organisé, les VLP et VLC que vous nous avez raconté. Pour des raisons évidentes de temps de lecture, les récits ont été tronqués. 

Un ASCT Strasbourgeois exerçant dans un TGV SNCF a contrôlé un passager muni d'un billet valable dans un train de la DB entre Strasbourg et Paris Est. Il a procédé à la régularisation du passager qui a dit vivement la concurrence. Évidemment, même si il existe un partenariat entre la SNCF et la DB, le principe consistant à faire circuler un train de la DB sur une relation également desservie par la SNCF s'appelle concurrence. Même cas de figure avec un ASCT Parisien qui nous raconte avoir eu quatre passagers avec un billet Thello dans un TGV Paris Nice, entre les gares de Toulon et Nice. Leur train Thello Marseille MIlan ayant été supprimé, ce couple de Toulonnais et leurs adolescents n'ont pas trouvé mieux à faire que d'emprunter le premier train SNCF venu pour aller jusqu'à Nice. L'ASCT leur fait payer un tarif contrôle, et l'homme s'emporte et a dit "vivement la concurrence" On est bien d'accord, Thello est un concurrent de la SNCF. Il n'est pas permis d'emprunter un train SNCF avec un billet Thello tout comme il n'est pas permis de le faire avec un billet de la DB. La réaction de cet homme a fait, après coup, sourire notre ASCT.

Dans le même registre, un agent commercial gare de la région Lilloise nous raconte avoir eu un usager venu se faire rembourser un billet acheté sur Trainline. Le système d'après vente des billets d'agence ne permet pas d'obtenir un remboursement auprès de la SNCF, mais seulement auprès du distributeur, dans ce cas, Trainline. Mécontent de ne pouvoir se faire rembourser, ce client Trainline a dit "vivement la concurrence" alors qu'il a fait le choix d'acheter son billet sur un canal de vente concurrent à la SNCF. Même quand ils l'ont, ils la réclament, la concurrence.

Restons en gare mais changeons de contexte. Un agent circulation nous raconte qu'un après midi, dans une gare origine en voie unique, le dernier train pour Paris est annoncé "avec environ 10 minute de retard. Coup de chance celui ci est prêt au départ avec seulement 5 minutes de retard" Il s’empresse de l’expédier. Mais une famille attendait le train dans le bâtiment voyageurs avec 10 minutes de retard. Persuadée que le train était parti en avance, la mère de famille a dit "vivement la concurrence eux au moins ils feront attendre les trains" Il faut reconnaître que le train était annoncé avec 10 minutes de retard, mais qu'il est parti avec seulement 5 minutes. 

Une ex ASCT nous dit avoir eu "vivement la concurrence, le TGV sera moins cher" On a l'exemple du contraire avec une flambée des prix en vue d'un alignement sur les tarifs pratiqués par la concurrence. Une ASCT de Paris Nord témoigne: "J'ai eu le droit à vivement la privatisation car j'ai du condamner une voiture d'un corail" Une mesure qu'elle a du prendre suite à une panne de lumière, de climatisation mais surtout une panne de la fermeture automatique des portes. 

Un de nos lecteurs dit: "j’ai déjà lu du vivement la concurrence parce que les cheminots de la SNCF sont des feignants toujours en grève, ce à quoi j’avais fait remarquer que c’est en période de grève que l’on se rend compte qu’il circule des milliers de trains chaque jour normal..." Le droit de grève existe aussi dans le privé. En France, les salariés des compagnies ECR et Colas Rail ont déjà fait grève. Idem pour Thello. L'Allemagne et l'Anglettere, symboles Européens du rail privatisé, ont récemment connu des grèves difficiles dans les transports ferroviaires. Privés.

Un agent d'escale de Paris Gare de Lyon, lui, nous dit: "Une femme s'est mise en colère parce que les toilettes de la gare coûtent cher, je crois 0€70 cts, et il y'a une longue file d'attente. J'ai expliqué que les toilettes sont gérés par une entreprise privée. Malgré cette explication, elle m'a dit vivement la privatisation. Je n'ai pas cherché à aller plus loin dans le dialogue avec cette femme, son cerveau est tué par les médias" Autre exemple similaire, une ASCT a eu "vivement la privatisation" car il n'y avait pas de bar dans le TGV. Le bar est géré par un prestataire privé et n'est pas proposé sur des trajets inférieurs à 2h pour des raisons logistiques.

Un ADC de la région PACA nous écrit: "Lors d’un orage la foudre s’est abattue sur un transformateur électrique qui pendant 2 heures empêche tous les trains entre Miramas et Marseille via Rognac. J’effectuais un train entre Miramas et Marseille mais via la cote bleue donc je mets plus 1h30 au lieu de 45 mn pour aller à Marseille. Une personne risquant de rater son avion m’explique «  vivement la concurrence », ça marchera mieux que maintenant" La concurrence aura t'elle le pouvoir de dévier la foudre des installations ferroviaires ? Toujours dans le domaine de la météo, un agent en vente à Lyon Part Dieu nous dit avoir eu foison de vivement la concurrence et la privatisation lors de perturbations dues à la neige ou à l'orage. 
Une agent d'escale a eu un "vivement la privatisation" de la part de deux mamies attendant en gare leur petit fils un jeudi soir alors que celui ci arrivait que le lendemain. La privatisation leur apprendra certainement à lire un calendrier !

L'agent d'escale de Paris Gare de Lyon nous raconte aussi que les filtrages sont l'occasion d'entendre maintes fois vivement la concurrence ou la privatisation. "Les gens ne comprennent pas que la SNCF s'adapte au marché, et une de ces adaptations, c'est de filtrer les trains. Dans un futur proche, et on a déjà ça à PLY avec Thello, les gares seront utilisées par plusieurs opérateurs ferroviaires. Les quais seront répartis par opérateurs ou par créneaux horaires. Il faudra aussi veiller à ce que chaque voyageur utilise la bonne compagnie. Mais, plus simplement, la SNCF veut éradiquer la fraude pure et dure à bord des trains en supprimant le risque qu'un passager monte sans billet. C'est aussi une mesure de sûreté et de lutte contre le terrorisme. Et enfin, autoriser l'accès aux quais aux seules personnes voyageant à bord du train permet d'éviter qu'une personne qui accompagne monte dans le train. Et on connaît le risque ! La personne accompagnant part avec le train et tire le signal d'alarme, ce qui retarde au moins un train, celui qui a son signal d'alarme tiré, si ce n'est pas plusieurs trains selon la position du train sur les voies. Et l'un des reproches que les gens font, ce sont les trains en retard" Des explications que nous approuvons. D'ailleurs, est-ce que malgré l'existence flagrante d'une concurrence dans l'aérien les compagnies aériennes permettent aux personnes accompagnant leurs clients de monter dans l'avion ? La réponse est non, bien évidemment. 

Un autre agent d'escale a eu droit à "Vivement la concurrence, les trains rouleront à l'heure car ils auront leurs propres voies" On voit que les adeptes de VLP VLC ne sont pas au courant des modalités d'arrivée de la concurrence ou de la privatisation. Un vendeur fermant son guichet de gare de campagne à 16h a eu vivement la privatisation de la part d'un homme qui voulait acheter un billet. La SNCF se privatise et s'adapte en réduisant les horaires d'ouverture des gares. Cela permet de supprimer du personnel et donc, de faire des économies.

Plus brièvement, une ASCT Lyonnaise dit: "je verbalisais un voyageur sans titre de transport quand celui ci s'écrie vivement la concurrence. Sur quoi je lui demande si la concurrence laissera les personnes voyager sans billet. Et la, avec un aplomb surprenant, il me dit que le train sera gratuit !" Un ASCT Niçois, lui, a eu le droit à vivement la privatisation dans le cadre d'un retard de train suite accident de personne. Même comportement rapporté par un agent d'escale Rochelais. "Un train avait heurté une personne vers Niort et une dame s'est énervée et a dit vivement la privatisation, les trains privés ne renversent pas les gens eux !" Chose évidemment totalement fausse, les trains privés tels qu'ECR, Véolia ou Colas Rail ne sont pas épargnés par les accidents de personne. Un agent commercial gare de la région Parisienne a eu un VLP de la part d'un homme qui venait pour se faire rembourser un billet TGV daté de l'avant veille, chose bien sur impossible. 

Finissons avec des VLP VLC plus virulents. Un conducteur d'Achères dit "une furie m'a dit que la privatisation immédiate de la SNCF et le licenciement de tous les agents SNCF dés demain sera la solution pour ne plus qu'il y'ait de retard"  Un agent d'escale de Toulon rapporte avoir eu "Il est temps que la SNCF soit privatisée et remplacée par une entreprise Anglaise ou Américaine qui saura faire rouler les trains. C'était suite à l'incendie d'Aubagne qui a durement touché la ligne Toulon Marseille en août 2017" Et enfin, un ASCT Rouennais dit: "Deux jeunes filles m'ont assuré qu'avec la privatisation les passagers pourront fumer dans les trains. Je venais de les verbaliser pour cette infraction. Je me suis mis à rire devant elles. Elles ont du comprendre qu'elles disaient une grosse bêtise !

"Vivement la privatisation c est l'argument cadeau pour tous les dysfonctionnements qu'ils soient minimes ou plus importants", observe un ASCT. C'est vrai. C'est l'argument miracle, celui qui défoule. Mais
imaginez un instant que les VLP VLC descendent dans la rue manifester leur désir. Allez, disons, 1000 manifestants à Paris représentés par un porte parole brandissant le poing en l'air derrière de grandes banderoles VIVEMENT LA PRIVATISATION ! VIVEMENT LA CONCURRENCE et chantant des slogans tels que "on avance avec la concurrence" ou "avec la privatisation fini la régression" Non, c'est utopique. Les VLP VLC n'assument pas leurs désirs. Pourquoi ? Parce que outre le fait qu'ils répètent simplement un discours que les médias, au sens large du terme, leur ont appris, ils ne croient pas en ce qu'ils disent. En fait, c'est simple. Chaque exemple démontre que le VLP / VLC est prononcé après une frustration. Normal diriez vous. Sauf que c'est loin d'être la manière la plus intelligente de réagir pour les raisons que l'on sait, et qu'on ne vous apprend pas. C'est à dire que la privatisation et la concurrence sont à l'essence même des problèmes qui les conduisent à prononcer ces expressions. Le Sortir VLP ou VLC n'arrange pas la situation et ne règle pas le problème. Ce n'est pas en disant VLP ou VLC que le train sera à l'heure, ou que le billet ni échangeable et ni remboursable sera remboursé, pour reprendre un exemple vécu par notre chroniqueur Thomas. Dire vivement la privatisation permet, au frustré, de soulager une partie de sa peine. C'est aussi l'ultime moyen de ne pas assumer ses torts et de rester fier. Par exemple, une personne en fraude qui dira vivement la privatisation en se faisant verbaliser souhaite garder sa dignité et avoir le dernier mot. Ils cherchent aussi à blesser le cheminot qui, pour eux, leur fait du mal. Cette phrase est utilisée comme une arme.

Alors, comment réagir face à un VLP ou un VLC ? "A ce genre de situation je répond que c'est justement parce qu'on est en voie de privatisation qu'il y a de plus en plus de problème", nous dit un ADC de la région PACA. "Il m'arrive de pouvoir entamer un dialogue avec des gens qui me disent vivement la privatisation", dit un chef de service voyageurs Nantais "J'arrive parfois à leur expliquer que justement, le gouvernement réforme la SNCF pour la privatiser et l'ouvrir à la concurrence et que la politique interne va dans le sens du privé" L'autre solution, c'est de rentrer dans leur jeu. Souriez, et dites "oui, vivement la privatisation", ou vivement la concurrence. Et ne rajoutez rien ! La personne comprendra d'elle même l'absurdité de ses propos. 

En conclusion, la privatisation, ils la veulent ? Ils l'ont ! Ils la réclament mais la protestent. Idem pour la concurrence. Les VLP VLC ne savent pas ce qu'ils veulent. A méditer.